Dany Laferrière

Écrivain, journaliste et chroniqueur, Dany Laferrière a grandi dans le petit village de Petit-Goâve. À Haïti, il écrivait dans Le Petit Samedi soir et travaillait à Radio-Haïti Inter. Sa vie étant menacée, il a immigré au Québec en 1976. Neuf ans plus tard, son premier roman, Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, a eu l'effet d'une bombe dans le paysage littéraire québécois. Best-seller traduit en plusieurs langues et adapté au cinéma, ce roman traite de Montréal et de sexualité, et a initié un bouquet de dix livres formant ce qu'il nomme «Une autobiographie américaine».
En 1990, il a quitté Montréal pour Miami, où il a habité avec sa famille dix mois par année, avant de revenir s'établir à Montréal dans les années 2000.


En 1991, Dany Laferrière a reçu le Prix Carbet de la Caraïbe pour son roman L'Odeur du café. Ce prix distingue l'oeuvre de fiction ou de réflexion la plus remarquable dans le monde des Caraïbes et des Amériques. En 1993, il a obtenu le Prix Edgar-Lespérance pour Le Goût des jeunes filles. En 2000, il a reçu le Prix Carbet des lycéens pour Le Cri des oiseaux fous. En 2006, il s'est mérité le prix du Gouverneur général, catégorie littérature jeunesse, pour Je suis fou de Vava. En 2009, il remporte le prix Médicis et le Grand prix de la ville de Montréal pour son roman L'énigme du retour. En 2010, il se mérite le Grand Prix Bleu Métropolis pour l'ensemble de sa carrière et le prix des Libraires du Québec, pour L'énigme du retour.
Il est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois.

Le 12 décembre 2013, il est élu au premier tour de scrutin au fauteuil no. 2 de l'Académie française, devenant le premier auteur du Canada (et plus précisément du Québec) et d'Haïti à y siéger.

Voir le résumé de carrière

Audio

  • Prix et distinction

    Lauréat Prix du Gouverneur général 2006, catégorie texte jeunesse

    Année :
    0 AM
    Lieu :
    [+]

Résumé carrière

DANY LAFERRIÈRE

Chronologie

1953                 Le 13 avril, naissance de Dany La­ferrière à Port-au-Prince. Il est le fils de Windsor Klébert Laferrière, journaliste et syndicaliste, et de Marie Nelson, ar­chiviste.
1957                 L'enfant est envoyé à Petit-Goâve chez sa grand-mère Amélie Jean-Marie, dite Da, et son grand-père Daniel Nelson, officier d'état civil et spéculateur en den­rée (café). Cette enfance heureuse sera longuement décrite dans deux livres, L'odeur du café et Le charme des après­-midi sans fin. «J'ai tout appris de cette époque que je considère comme une parenthèse de bonheur dans ma vie», dira l'auteur en 1991 dans une inter­view accordée au quotidien La Presse. François Duvalier prend le pouvoir en Haïti.
1959                  Windsor Laferrière est envoyé comme diplomate en Italie et, quelque temps plus tard, en Argentine. Un exil déguisé. Il ne retournera plus jamais dans son pays.
1964 Une épidémie de malaria force Da à envoyer l'enfant à Port-au-Prince, où il rejoint sa mère et ses tantes.
1964-1972 Études secondaires au Collège canado­-haïtien, chez les frères du Sacré-Cœur.
1971 Mort de François Duvalier, président à vie depuis 1964. Son fils Jean-Claude lui succède.
1972 Dany Laferrière commence à publier de petits portraits de peintres dans les co­lonnes du Nouvelliste, le plus vieux quotidien d'Haïti. Le directeur, Lucien Montas, guide le jeune chroniqueur en lui suggérant de faire court dans un style simple. «Je n'ai jamais oublié ces
deux conseils», dira plus tard l'auteur.
1973 Dany Laferrière fréquente assidûment les grands peintres primitifs (Rigaud Benoit, Jasmin Joseph, Saint-Brice) qui se réu­nissent chaque samedi au Centre d'art de la rue du Centre. Il visite les galeries d'art, court les expositions des nou­veaux peintres modernes dont les chefs de file sont Jean-René Jérôme et Bernard Séjourné. Il travaille alors au Nouvel­liste, à l'hebdomadaire politico-culturel Le Petit Samedi Soir et à Radio Haïti-­Inter.
      1974                 L'auteur s'intéresse à un nouveau groupe littéraire qui fait sensation à Port-au­-Prince: le spiralisme. Leur credo: «Rien n'est définitif en littérature, une œuvre pourrait toujours être améliorée.»L'au­teur interviewe pour Le Petit Samedi Soir l'écrivain Franck Étienne qui vient de faire paraître une bombe: Ultravocal, un livre qui va changer la littérature haï­tienne, la sortir, selon la critique de l'épo­que, du ronron folklorique.
1976                         La situation politique se complique, de nouveaux partis voient le jour. La presse montre les dents. Le gouvernement américain exige des élections. On conteste la présidence à vie de Jean-­Claude Duvalier. L'auteur, comme jour­naliste au Petit Samedi Soir, est aux premières lignes de ce combat. Le pou­voir réplique en faisant assassiner le journaliste le plus intrépide: Gasner Raymond, ami intime de Dany Lafer­rière. Lui-même en danger, l'auteur quitte Haïti en secret et arrive à Mont­réal.
1980                  Naissance d'une première fille.
1976-1982 Au Québec, Dany Laferrière fait divers métiers et tente de s'adapter à son nou­veau pays. Époque de la drague, du vin, des repas simples, du salaire minimum et des chambres crasseuses et ensoleil­lées.
1982                  Sa femme et sa fille viennent s'installer avec lui à Montréal. Fin de l'époque bohème. Il commence à écrire un roman.
1985                 Parution du premier roman: Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fa­tiguer. C'est l'un des événements mar­quants de la saison littéraire au Québec.
1986                 La nouvelle Télévision Quatre Saisons engage Dany Laferrière, qui devient le premier Noir à travailler dans la salle de nouvelles d'une chaîne nationale au Québec. Relégué très vite à la météo, il
réinvente le genre en sortant le premier dans la rue et en introduisant dans ses capsules un mélange de gaieté et d'hu­mour. Il devient une figure aimée du grand public.
1987                   Parution d'Éroshima.
1989                   Sortie du film tiré de Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fatiguer. La critique est généralement négative, mais le public est enthousiaste. Le film sera projeté dans plus de cinquante pays. Dany Laferrière devient chroni­queur à La bande des six, le magazine culturel de Radio-Canada. Le style des
chroniqueurs, libre, direct, dur parfois, fera de cette bande de chroniqueurs des critiques redoutés.
1990                 L'auteur quitte tout, surtout l'hiver, avec sa femme et ses trois filles. Il s'ins­talle à Miami (Floride). Il se consacre à l'écriture.
1991                 Parution de L'odeur du café (prix Carbet de la Caraïbe). L'auteur décou­vre Miami, cette grande banlieue de Port-au-Prince. «Je me souviens très bien de cette fenêtre dans ma chambre de travail, qui s'ouvrait sur un grand manguier. C'est cela qui m'a permis d'ou­vrir la veine caribéenne de mon œuvre.»
1992                 Le goût des jeunes filles (prix Edgar­-Lespérance).
1993                 Parution de Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit? Plutôt qu'une terre d'exil ou une tour d'ivoire, Miami se révèle pour Da­ny Laferrière une plaque tournante d'où rayonnent les routes du monde. Il voyage en Europe et en Afrique.
1994                 Parution de Chronique de la dérive douce. «Je ne sais pas ce qui m'a poussé à écrire ce livre où je reviens sur la première année de mon arrivée à Mont­réal. Peut-être parce que cette ville m'a terriblement manqué cette année-là.»
1996            Parution de Pays sans chapeau. Mort de Da, cette grand-mère adorée qui a il­luminé l'enfance de l'auteur et qui est une des figures centrales de son œuvre. Et de sa vie.
1997                               Paraissent La chair du maître et Le charme des après-midi sans fin, ouvra­ges qui se retrouvent sur les listes de best-sellers au Québec et qui bénéficient partout de critiques favorables. «J'avais
l'impression d'avoir passé l'année devant ma machine à écrire et c'était une jubi­lation extrême.»
1998-2000 Avec la parution du roman Le charme des après-midi sans fin au Serpent à
Plumes, l'œuvre de Dany Laferrière com­mence à être largement diffusée en France. Elle fait en outre l'objet de
nombreuses traductions dans le monde entier: en anglais, espagnol, italien, coréen, suédois, grec et néerlandais.
2000                  Parution du roman Le cri des oiseaux fous. «Ce livre, une sorte de portrait d'un père que je n'ai que vaguement connu, m'a littéralement brisé les reins. En l'écrivant, j'ai revécu toutes les dou­leurs de l'exil (le mien et celui de mon père) et la tragédie de ma mère demeu­rée seule en Haïti.»Parution de J'écris comme je vis. Entretien avec Bernard Magnier.
2001                    Parution de Je suis fatigué. «Avec ce titre, distribué gratuitement (5000 exemplaires au Québec, 20000 en France et 5000 en Haïti), j'ai voulu souligner la fin de mon autobiographie américaine en offrant aux lecteurs la «tournée du barman».»
2002                En même temps que Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fatiguer paraît en format de poche, Cette gre­nade dans la main du jeune Nègre est­-elle une arme ou un fruit? fait l'objet d'une nouvelle édition en format courant.
«C'est un tout nouveau livre, déclare­-t-il. Je l'ai récrit et augmenté d'une cen­taine de pages.» Dany Laferrière re­
vient s'installer à Montréal après une douzaine d'années d'absence. «La bou­cle est bouclée. Le voyage et le retour: les deux plus vieux mythes de la litté­rature. Ce qui démontre que Montréal est une vraie ville: elle accueille des gens qui n'y sont pas nés, qui la quittent, puis y reviennent. Comme on revient chez soi.»
2003                 Dany Laferrière publie tous les dimanches une chronique hebdomadaire dans
                         La Presse, où il aborde tous les sujets qui le touchent.
2004                 Parution d'une nouvelle édition du Goût des jeunes filles, avec un ajout consis­tant. Première du film Le goût des jeu­nes filles, tiré du roman du même nom, et qui restitue une ambiance festive sur fond de dictature. Première réalisation de Dany Laferrière au cinéma: Com­ment conquérir l'Amérique en une nuit
(primé au Festival des films du monde de Montréal et au Festival internatio­nal du film francophone de Namur en Belgique).
2005              Le goût des jeunes filles paraît chez Grasset (Paris). Parution d'une nouvelle édition, revue et augmentée, de Je suis fatigué.