Marc Auger

Quand j'étais petit, il y a bien longtemps, mes grands-parents vivaient à la campagne, dans un village minuscule perché sur le bord du fleuve. Ils habitaient une vieille maison toute blanche qui avait dû être bâtie juste après le Déluge. Comme ils n'avaient pas la télé, le soir, mon grand-père nous racontait des histoires pour passer le temps. C'était des histoires qu'il avait apprises dans sa jeunesse et qui s'étaient transmises de bouche de grand-père à oreille de petits-fils probablement depuis des siècles. Ces récits, sombres et terribles, parlaient de sorciers, de maisons hantées ou d'enfants perdus au fond des bois.

Les contes de mon grand-père me donnaient un peu la frousse mais en même temps, ils me fascinaient et je garde un merveilleux souvenir de ces soirées magiques. J'ai été bien déçu quand, un beau jour, mes grands-parents ont eu la télévision et que mon grand-père a arrêté de nous raconter ses vieilles légendes. N'empêche que c'est à lui que je dois d'aimer autant les histoires et, de cela, je lui serai toujours reconnaissant.

Audio